Kategorien
Frühe Neuzeit Medien Wissen

Chronos parfumé

Rabelais et la montre-pomander de Mélanchthon

English Abstract
PDF

Dans un épisode du Pantagruel de François Rabelais, le géant qui en est le héros tombe si malade de l’estomac que le conseil des médecins décide d’expulser le mal par des moyens mécaniques plutôt que pharmaceutiques. À des serviteurs anonymes sont confiés une burlesque pérégrination thérapeutique: on fabrique pour eux 17 «grosses pommes de cuyvre plus grosses que celle qui est à Romme à l’aiguille de Virgile, en telle façon qu’on les ouvroit par le mylieu et fermoit à un ressort». Sur le modèle parodié du cheval de Troie, les éboueurs s’y engouffrent munis de lanternes et outils, et Pantagruel les avale, chacun à son tour, «comme une petite pillule». Une fois dans l’estomac,

chascun desfit son ressort et sortirent de leurs cabanes, et premier celluy qui portoit la lanterne […] Finablement trouverent une montjoye d’ordure, lors les pionniers frapperent sus pour la desrocher et les aultres avecques leurs pasles en emplirent les corbeilles : et quand tout fut bien nettoyé, chascun se retira en sa pomme. 
Ce faict, Pantagruel se parforce de rendre sa gorge, et facillement les mist dehors, et ne monstroyent en sa gorge en plus qu’un pet en la vostre, et là sortirent hors de leur pillules joyeusement. 
Il me souvenoit quand les Gregeoys sortirent du cheval en Troye. Et par ce moyen fut guery et reduyt à sa premiere convalescence.1

Or Rabelais construit cet aéronef des abymes viscéraux à la façon d’un Arcimboldo rafistoleur, qui combinerait astucieusement des éléments culturels empruntés à divers domaines. L’architecture tout d’abord, les pommes de cuivres étant comparées à l’«aiguille de Virgile», autrement dit l’obélisque du Vatican qui, jusqu’à son déplacement en 1586 par l’architecte Domenico Fontana, fut surmontée d’une boule de cuivre.2 Mais surtout, Rabelais adjoint à ses pommes spéléologues un «ressort» qui en permette l’ouverture et joue du chiasme cinétique propre au mouvement de cet objet sur un plan thérapeutique: la catabase scatologique ramène l’estomac douloureux de Pantagruel à son état initial, à l’instar du ressort retrouvant sa forme première. Ce faisant, Rabelais, opère un clin d’œil vers les plus savantes inventions mécaniques du temps – celles qui ouvrirent une voie royale à l’horlogerie de poche et, grâce à la possession d’une montre privée, à une conscience nouvelle, à «une personnalisation du temps».3

Ô temps suspends ton vol: l’invention de la montre à ressort

Publiques, les premières horloges mécaniques fonctionnaient à l’aide d’un poids suspendu à une poulie, avant qu’on ait l’idée, autour de 1400, de remplacer ce système moteur encombrant par la force élastique d’un ressort, en fer ou acier amolli. C’est dans la Vita di Filippo Brunelleschi, rédigée par le mathématicien Antonio di Tuccio Manetti vers 1475, que l’on en trouve la première mention connue: Brunelleschi aurait fabriqué dans sa jeunesse horloges et réveils, en expérimentant toutes sortes de mole de traction.4

D’abord appliqué aux horloges, le ressort rendit la mesure du temps nomade en entraînant une sensible diminution de leur volume qui facilita leur transport. L’horloge de carrosse est la première à voyager et évolue vers la montre de carrosse, qui précède de peu l’invention de la montre de poche.5 On en trouve les premiers modèles dans l’Italie de la deuxième moitié du xve siècle et vers 1490, à la cour de Ludovic Sforza, les horologini piccoli e portativi ne sont même plus des nouveautés et dans les bals, sont devenus indispensables à toute Cendrillon noctambule.6 C’est principalement à Paris, Lyon, Blois, Londres et Genève que les meilleures horlogers-orfèvres vont faire prospérer l’industrie de la montre de poche, rivalisant d’ingéniosité technique et esthétique. À fleur de corps, la montre se niche dans l’aumônière ou le gousset, se balance au bout d’un pendentif ou se monte en anneau,7 vient se loger à la tête des armes. Forte d’une petitesse nouvelle, tout en cherchant à se rendre indispensable en colonisant des objets familiers, la montre conquiert différentes formes de boîtiers.

La montre-pomander

Un artisan astucieux a ainsi l’idée de planter le Temps au milieu des fragrances d’une de ces boules de senteur qu’on appelait pomandre ou Bisamkopf, issues de la rencontre entre parfumerie occidentale et civilisation arabe. Ce réceptacle en métaux nobles, le plus souvent sphérique, s’ouvrait en deux parties (ou parfois en quartiers; fig. 1) pour accueillir des parfums solides, musc, puis ambre, d’où l’expression générique «pomme d’ambre», même si la plupart d’entre elles sont remplies d’ingrédients aromatiques moins coûteux.8 Dès la fin du xive siècle, les inventaires de châteaux les mentionnent couramment sous les noms de pomum, «pomme de musc», «pomme de senteur», «pome granate» et bien sûr «pomme d’ambre», et la mode se poursuit au xvie siècle, excitant le brio des artistes (fig. 2). François Ier en possédait plusieurs, véritables bijoux en or, enrichis d’agates et contenant parfois un petit miroir.9 Exaltant une narcissique sensualité, cette bombe olfactive devient l’emblème, aux yeux de certains moralistes, de voluptés coupables, particulièrement féminines (fig. 3), comme le dénoncent les Stultiferae Naves de Josse Bade, où une navigatrice insensée tend à une autre une pomme de senteur (fig. 4).

Cette condamnation ne rend pas justice aux vertus prophylactiques des pommes de senteur qui, portées comme les montres en sautoir ou en pendentif, voire en boutonnière ou au poignet, servaient de désodorisant et désinfectant, en particulier pour lutter contre les épidémies. Contrairement au pomander, à la fois profitable et délectable, la montre ne constituait pas un instrument de la vie quotidienne, mais une merveille, un ornement, un coup d’éclat technique, moins utile à son possesseur que susceptible de rehausser son prestige. Incorporer un mécanisme innovant au déodorant familier relevait donc d’une stratégie promotionnelle particulièrement habile, où le jeu sur une forme connue pour mieux en bouleverser le contenu et les fonctions, par manière de contrafactum, était à même de créer surprise et fascination.

Peter Henlein (1485–1542), maître serrurier dès 1509 à Nuremberg, joua dans cette invention un rôle clé. Selon les témoignages d’époque, il suscitait l’admiration pour savoir, «à partir d’un peu de fer», réaliser des «horloges» sans poids, qu’on pouvait porter à la «poitrine ou dans un sac» et qui avaient une autonomie d’au moins quarante heures.10 Or en 1547, Johann Neudörfer le considère aussi comme un des premiers «à avoir inventé les petites horlogettes dans la Bisamkopf» ou pomme de senteur,11 un talent que les autorités de la ville surent apprécier. En 1524, les comptes de la cité mentionnent le prix payé à Henlein pour des horloges à ressorts (selbgehend arologium) et une «pomme musquée» dotée d’un mécanisme (vergulten pysn Appfel […] mit einem Oaiologium).12 L’une des trois montres-pomander qui existent encore aujourd’hui fut-elle offerte par le Conseil de la ville au réformateur de Nuremberg, Mélanchthon, en guise de cadeau prestigieux? La manière dont il entra en possession de cet objet de luxe, portant gravé sur son couvercle (fig. 5): «PHIL[IP] MELA[NCHTHON] GOTT. ALEIN. DIE. EHR[E]. 1530» (à Dieu seul la gloire), demeure sujet à conjectures.13 

Mais ce passionné d’astrologie et de généthlialogie, théorie selon laquelle le destin de chacun est déterminé par l’heure de sa naissance, voire même de sa conception, devait trouver un très grand intérêt à un instrument de mesure du temps aussi pointu.14 N’avait-il traduit et édité en 1553, après l’avoir enseigné en 1535–1536 à Wittenberg, le Tetrabiblos, cet ouvrage d’astrologie où Ptolémée, au livre III, dénonce l’imprécision fatale du cadran solaire et même de la clepsydre pour déterminer la minute exacte de la venue au monde, cruciale pour établir la carte du ciel et en tirer un horoscope?15 Mise au service du grand horloger divin, la montre pouvait s’avérer idéale aux yeux de Mélanchthon pour révéler les connivences entre monde visible et céleste, ce monde spirituel «roulant» sur le «rouage de la Providence» et conduit «par les ressorts d’un mouvement secret et incogneu», selon la puissante métaphore mécanique d’un sermon de Théodore de Bèze.16

Or deux ans après la date inscrite sur la montre du réformateur paraissait la première édition du Pantagruel, et Rabelais eut peut-être l’occasion de s’émerveiller devant cette curiosité, ou à tout le moins d’en entendre parler, sachant que le célèbre humaniste et réformateur allemand, proche de Luther, était lié aux protecteurs de notre auteur, les frères Du Bellay.17 Or si Luther raille Mélanchthon d’être sensible à l’astrologie,18 Rabelais, tout en ayant une connaissance intime de ces questions, pourrait bien faire de même, tant il aimait à se moquer des «prognostications» pantagruélines et gargantuesques.19 Avec une ingéniosité digne de celle des maîtres horlogers, le romancier qui, en 1532, vient d’être nommé médecin à l’Hôtel Dieu de Lyon, aurait donc imaginé ses pilules en faisant signe à la fois vers la pomme de senteur ­– à la croisée du bijou d’agrément et de la catapulte prophylactique –, et vers la montre à ressort qui vient s’y loger, en la détournant de ses offices astrologiques et prophétiques.

Deux éléments viennent conforter cette lecture. D’abord, l’édition de Pantagruel par Juste (1534), qui succède à celle de Claude Nourry (vers 1532), enrichit considérablement la dimension olfactive de l’épisode: les Armstrong des profondeurs, ayant défait leur ressort, sont désormais précipités en «un goulphre horrible, puant, et infect», et manquent de suffoquer dans «ces vapeurs abhominables», sur lesquelles le narrateur ironise: «O quel parfum, O quel vaporament, pour embrener touretz de néz a jeunes gualoyses».20 Autrement dit, l’aromatique pomander, qui «défend contre la malice de l’air»,21 ne saurait trouver meilleur terrain d’exercice que cet enfer sensoriel. Quant au choix du «cuyvre» pour ces pommes antiseptiques, plus modeste que l’or et l’argent dont sont faits les petits bijoux embaumant les puissants, il peut s’expliquer par le caractère tenace de ce métal, résistant à la corrosion atmosphérique et marine quand il est très pur. 

Or à ces nefs sphériques oscillant entre «pillule» (comparant explicite) et pomander (association suggérée, renforcée par le fait qu’on les «ouvroyt par le milieu» comme la plupart des boules de senteur), Rabelais ajoute un élément crucial, cette fois mécanique: le ressort, totalement absent de l’objet réel. Dans l’inventaire unique de soixante-treize pommes de senteurs qu’elle a dressé, Renate Smollich décrit avec précision divers mécanismes d’ouverture – charnières scellées avec une vis ou encadrées de broches servant de support, fermeture à glissière, crochets – mais il n’est jamais question de ressort.22 Aussi Rabelais pourrait bien s’inspirer de la montre-pomander pour imaginer son facétieux dispositif, qui détourne l’énergie d’ordinaire dégagée pour faire tourner les aiguilles en opérateur de libération. La comparaison des pommes avec «celle qui est a Romme a l’aguille de Virgile»23 en devient autrement savoureuse, aiguillonnant l’esprit du lecteur vers la polysémie de cette «aguille» qui peut renvoyer tout aussi bien, à l’«aguille de cadran (Gnomongnomonis)» qu’à la «grande aguille de pierre (ObeliscusPyramis)», selon le Thresor de la langue françoyse de Nicot. Plus grosses que la pomme romaine, celles qu’ingurgite Pantagruel tireraient leur supériorité de la capacité du roman à immerger le lecteur dans une temporalité narrative qui se joue du temps mesuré et objectivé. Comme le dit frère Jean, «les heures sont faictez pour l’homme, et non l’homme pour les heures».24 On appréciera ainsi comment Rabelais sut détraquer le Temps et reconstruire à sa manière la montre-pomander du spirituel Mélanchthon pour un alunissage dans les entrailles.

Le ressort, vecteur de surprise  

Si au début de la Métaphysique d’Aristote, le thaumaston, l’étonnement, est précisément ce qui suscite l’enquête philosophique, amorce un mouvement cognitif, quelle est donc la plus-value herméneutique que le lecteur peut dégager de cet épisode à détente, au double sens du terme?

D’abord que Rabelais sait jouer de tous les ressorts de ce mot polysémique, «ressort», à commencer par celui d’«égout», circulant du xiie au xviie siècles, proprement «ce qui permet de sortir», de faire refluer l’ordure, en l’occurrence la merde de Pantagruel. Cette purge thérapeutique réveille à son tour le sens de «ressource, secours, remède»,25 qui peut désigner le pouvoir de la langue elle-même – dans une ballette produite au début du xive siècle, le «chanteir» (le chant) constitue le «soverain resort» du poète musicien pour pallier les souffrances de l’amour.26 À l’organique se superpose le mécanique dès lors que le ressort, acteur des ténèbres, devient pièce actionnant l’ouverture de boîtes à surprise, qui libèrent une force cachée, invisible, pour mieux estomaquer personnages et lecteurs. Auto-référentiel, le ressort fonctionne lui-même comme pièce-charnière d’objets culturels transformés, carnavalesquement chamboulés dans leur usage ordinaire, tout en moquant en sous-main la capitale de la Papauté. La montre-pomander se mue en pilule transorganique humiliant l’obélisque romaine.

Or cette densification sémantique est rendue possible par les rebondissements de la narration, où l’économie temporelle de la surprise obéit à d’autres lois que la gestion du temps par les aiguilles d’une montre. Le dépaysement produit par l’imaginaire ergonomique des machines à ressort, destinées à expulser l’indésirable, embraye sur un autre type de ressort, exacerbant la désirabilité de l’inattendu. En effet, la littérature même s’en empare pour nommer l’agencement captivant de l’intrigue – Cotgrave (1611) atteste l’usage «farce à plusieurs ressorts», a Play wherein many severall matters are acted, or handled. Si «la machine est un élément nouveau dans le dispositif épistémique»27 qui permet d’élargir le champ de l’expérimentable, elle constitue aussi un excitant herméneutique invitant à repenser et formaliser les rouages d’un texte. En somme, le texte rabelaisien se sert de l’étrangeté de ces engins, catégorie épistémologique qui relève de l’inconnu, du non familier, pour construire une action surprenante, fondée sur le soudain, le déconcertant.28 Objet de la fiction, dont il agence les péripéties, le ressort peut donc aussi s’interpréter comme élément de poétique, principe de tension narrative, à l’intersection, déjà théorisée par Aristote, de l’expérience située du personnage et de celle médiatisée du lecteur.29 Cette plasticité culturelle remarquable, qui permet au ressort de se transformer en passant d’un terreau à l’autre sans perdre son identité, nous rappelle la qualité même du matériau idéal qu’il requiert: une résistance élastique aussi grande que possible couplée à une bonne endurance vis-à-vis des sollicitations dynamiques.

Apollinaire, auquel Breton emboîta le pas, notait: «Quand l’homme a voulu imiter la marche, il a créé la roue qui ne ressemble pas à une jambe. Il a fait ainsi du surréalisme sans le savoir.»30 Quand il a voulu imiter la marche du temps, il a inventé le ressort-moteur, qui rend la montre transportable et autarcique, libère la machine et avec elle la créativité littéraire, le texte rabelaisien se réfléchissant lui-même comme «une machine textuelle»31 à ressorts poétiques, à rebonds critiques. Est-ce aussi du surréalisme?



Empfohlene Zitierweise/Suggested citation: Dominique Brancher: Chronos parfumé. Rabelais et la montre-pomander de Mélanchthon. In: Tina Asmussen, Eva Brugger, Maike Christadler, Anja Rathmann-Lutz, Anna Reimann, Carla Roth, Sarah-Maria Schober, Ina Serif (Hg.): Materialized Histories. Eine Festschrift 2.0, 19/08/2021, https://mhistories.hypotheses.org/?p=3922.


Abstract

Peter Henlein, a master locksmith active in Nuremberg from 1509, was one of the first to place ‘Time’, in the form of a spring-loaded clock, at the centre of one of the scented balls called ‘pomander’ or ‘Bisamkopf’, which was itself the result of an encounter between Western perfumery and Arab civilisation. One of the three surviving pomander watches belonged to Melanchthon, with his name and the date 1530 engraved on its lid. As an astrology enthusiast with a keen interest in horoscopes, Melanchthon must have been very interested in such a sophisticated time-measuring instrument which, thanks to the spring, had become miniaturised. Two years later, the first edition of Pantagruel appeared, in which Rabelais, then a doctor at the Hôtel Dieu in Lyon, imagines that spring-loaded pills containing garbage collectors are sent into the putrid belly of the Giant in order to cleanse him. These prophylactic catapults point both to the pomander and to the spring-loaded watch within it, diverting from its astrological and prophetic functions. Luther mocked Melanchthon for his astrological sensibility, Rabelais might well have done the same. His fiction stresses the strangeness of these devices to create a surprising action, where the spring must be interpreted as an element of poetics, a principle of narrative tension. This cultural plasticity, which allows the spring to transform itself by passing from one context to another without losing its identity, reminds us of the very quality of the material it requires: the greatest possible elastic resistance, combined with great endurance in the face of dynamic strains.

zurück nach oben


  1. Rabelais, Œuvres complètes, éd. Mireille Huchon. Paris 1994 (Bibliothèque de la Pléiade), p. 334–335. Nous nous référons désormais à cette édition. []
  2. Voir la gravure de l’ouvrage de Fontana, Della trasportatione dell’obelisco vaticano et delle fabriche di nostro signore papa Sisto V. Rome: Domenico Basa, 1590, f. 8r°. []
  3. David S. Landes: L’Heure qu’il est. Les Horloges, la mesure du temps et la formation du monde moderne. Paris 1987. []
  4. Voir Gerhard Dohrn-Van Rossum: L’Histoire de l’heure. L’horlogerie et l’organisation moderne du temps, trad. de l’allemand par Olivier Mannoni. Paris 1997 [1992, Munich], p. 126. []
  5. Voir Samuel Guye, Henri Michel: Mesures du Temps et de l’Espace. Horloges, montres et instruments anciens. Fribourg 1970, p. 66–67. []
  6. Sur les disputes empreintes de patriotisme local autour de l’«invention» de la montre, voir Günther Oestmann: «The Origins and Diffusion of Watches in the Renaissance: Germany», dans: Janello Torriani: A Renaissance Genius. Cremona 2016 [Catalogue de l’exposition au Museo del Violino, Cremona, 10 septembre 2016 – 29 janvier 2017], p. 142, et n. 449. Selon l’auteur, la miniaturisation des mécanismes horlogers relève plutôt d’une transition silencieuse opérant en divers lieux, à des moments plus ou moins contemporains. []
  7. Voir la gravure de Pierre Woeiriot de Bouzey d’une bague-montre, planche 32, dans le Livre d’aneaux d’orfevrerie de l’invention de Pierre Woeriot Lorrain. Lyon 1561. []
  8. Sur cet objet, voir Anne-Marie Sol : ‘Autour Du Parfum’. Du XVIe Au XIXe Siècle, Exposition du 31 Mai au 15 Septembre 1985, Le Louvre des Antiquaires. Lisses Evry 1985, p. 29sq. []
  9. Renate Smollich: Der Bisamapfel in Kunst und Wissenschaft. Stuttgart 1983, p. 107. []
  10. Voir la partie dédiée à Nuremberg dans la Brevis Germaniae Descriptio de Johannes Cochläus, ajoutée à la Cosmographia Pomponii Melae qu’il publie en 1511–1512, repris dans Historische Nachricht von den Nürnbergischen Mathematicis und Künstlern […]. [Nuremberg: P. C. Monath, 1730], p. 286. Traduit et commenté dans Gerhard Dohrn-Van Rossum: L’Histoire de l’heure…op. cit., p. 128. []
  11. Johann Neudörfer: Nachrichten von den vornehmsten Künstlern und Werkleuten, so innerhalb hundert Jahren in Nürnberg gelebt haben, 1547, cité dans Jürgen Abeler: Meister der Uhrmacherkunst. Wuppertal Uhrenmuseum, 1977, p. 8–9. []
  12. Voir Albert Gümbel: Peter Henlein der Erfinder der Taschenuhren. Halle 1924, p. 27, n. 29; Jürgen Abeler, In Sachen Peter Henlein. Wuppertal Uhrenmuseum, 1980. []
  13. Cette montre se trouve au Walters Art Museum de Baltimore. Voir Maia W. Gahtan, George Thomas: «Philip Melanchthon’s Watch Dated 1530», Antiquarian Horology 26 (2001), p. 377–388. Seules deux autres montres de ce type existent encore (voir Ernst Bassermann-Jordan: «Ein Bisam-Apfel aus Peter Henleins Zeit», Die Uhrmacher-Woche 31 [1924], p. 301–302; et du même, «Ein zweiter Bisam-Apfel aus Peter Henleins Zeit», Die Uhrmacher-Woche 31 [1924], p. 627–628), ainsi que le fragment d’un boîtier (voir Alfred Beck: «Der Bisamapfel des Mathematisch-Physikalischen Salons», Die Uhrmacherwoche 49 [1942], p. 226–227). []
  14. Sur ce goût de Mélanchthon et de son cercle pour l’astrologie, voir Max Engammare: Soixante-trois: la peur de la grande année climactérique à la Renaissance. Genève 2013, c. 2015, p. 67. []
  15. Claudii Ptolemæi de prædictionibus astronomicis, cui titulum fecerunt Quadripartitum, Græce et Latine, Libri IIII, Philippo Melanthone interprete. Bâle: Joannes Oporin, 1553. []
  16. Théodore de Bèze: Sermons sur les trois premiers chapitres du Cantique des cantiques de Salomon. Genève: Jehan Le Preux, 1586, sermon 20, § 2, p. 397s., cité par Max Engammare, op. cit., p. 144–145. []
  17. Ces liens apparaissent plutôt cependant dans les années 1534–1535. Voir Mireille Huchon: «Rabelais allégoriste», Revue d’histoire littéraire de la France 112/2 (2012), p. 277–290, ici p. 278. []
  18. Max Engammare, op. cit., p. 131. []
  19. Sur le rôle joué par Rabelais dans les débats autour des jours et années critiques et l’astrologie, ibid., p. 88 sq. []
  20. Pantagruel, op. cit., p. 335. []
  21. Olivier de la Haye: Poëme sur La Grande peste de 1348, cité par Pierre Julien, compte-rendu, Les pommes de senteur ou pommes d’ambre: Renate Smollich, «Der Bisamapfel in Kunst und Wissenschaft», p. 188–190, ici p. 188. []
  22. Ibid. []
  23. Rabelais bouleverse l’onomastique usuelle en associant l’obélisque, qu’on avait coutume d’appeler l’«aiguille de Saint Pierre», à Virgile, en même temps qu’il moque le rêve pontifical de christianiser le monument, une idée remontant à Nicolas V (1447–1550). Voir Richard Hemphill: «Le transport de l’obélisque du Vatican», Études françaises 26/3 (1990), p. 111–116, 112 ; Jean-Jacques Gloton : «Les obélisques romains de la Renaissance au néoclassicisme», Mélanges d’archéologie et d’histoire 73 (1961), p. 437–469. []
  24. Gargantua, chap. XXXXI, p. 114. []
  25. Frédéric Godefroy: Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du IXe au XVe siècle, 1880–1895, «ressort». []
  26. Voir The Old French Ballette: Oxford, Bodleian Library, MS Douce 308, éd. et trad. Eglal Doss-Quinby, Samuel N. Rosenberg, Elizabeth Aubrey. Genève 2006, t. 2, p. 12. []
  27. Violaine Giacomotto-Charra: «La construction de l’expérience dans le texte scientifique: l’exemple du De subtilitate de Jérôme Cardan», dans: Violaine Giacomotto-Charra, Jacqueline Vons (dir.), «Les textes scientifiques à la Renaissance», Seizième Siècle 8 (2012), p. 155–170, cité p. 167. []
  28. «Strictly speaking, the strange is the unknown or unfamiliar; the surprising is the sudden or unexpected. Whereas the strange can be assimilated, the surprising has the potential to retain its disruptive power; and it pertains more closely to the interiority or subjectivity of characters». Christopher R. Miller: Surprise. The Poetics of the Unexpected from Milton to Austen. Ithaca/Londres 2015, p. 9. []
  29. Ibid., p. 16. []
  30. Les Mamelles de Tirésias: drame surréaliste en deux actes et un prologue; avec la musique de Germaine Albert-Birot et sept dessins hors texte de Serge Férat. Paris 1918, préface, p. 12. []
  31. Dominique Kunz Westerhoff: Introduction, dans: Dominique Kunz Westerhoff, Marc Atallah (dir.), L’homme-machine et ses avatars: Entre science, philosophie et littérature, XVIIe-XXIe siècles. Paris 2012, p. 9–24. []

Von brancherdominique

Dominique Brancher est professeure ordinaire de littérature française ancienne à l'Université de Bâle. Après des études de lettres à l’Université de Genève et un séjour de recherche à Oxford (St Johns College), elle obtient un DEA à l’Université de Paris X-Nanterre puis, en 2002, un Ph.D. à The Johns Hopkins University, et en 2021 une thèse à valeur d'habilitation à l'Université de Genève.
Elle a enseigné aux Universités de Berne et de Genève, et comme professeure invitée à Johns Hopkins University, Yale University, Université de Bordeaux-Montaigne.
Spécialiste de la Renaissance, mais avec un spectre d’enseignement allant du Moyen Âge au 17e siècle, D. Brancher privilégie les perspectives critiques les plus actuelles : ouverture à l’anthropologie historique et culturelle, étude de l’interaction entre la littérature et les différents savoirs qu’elle a assimilés, interrogés ou contribué à constituer (médecine, philosophie, etc.).
Elle participe à plusieurs projets de recherche nationaux et internationaux.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.

Diese Website verwendet Akismet, um Spam zu reduzieren. Erfahre mehr darüber, wie deine Kommentardaten verarbeitet werden.